Première sortie en camping-car

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Vous avez hâte de vivre votre première expérience en camping-car. Si l’idée de partir le nez au vent vous enchante, il est tout de même essentiel de savoir certaines choses avant de prendre la route pour la première fois.

1. Le gabarit du camping-car : évitez les mauvaises surprises !

Camping-carLe gabarit est la première chose à considérer quand on part au volant d’un camping-car.
Plus que sa largeur ou sa longueur, c’est la hauteur de votre véhicule qui peut vous contraindre à modifier votre itinéraire et chercher un lieu de stationnement ou une station-service adaptés.
Vous devrez apprendre à vous méfier des tunnels, des parkings souterrains, des enseignes et stores des commerces, des auvents de stations-service, des branches des arbres, etc.
Restez vigilant après quelques jours de conduite, quand vous vous serez familiarisé avec le gabarit du camping-car, notamment si vous êtes perdu ou en quête d’un stationnement pour la nuit. C’est dans ces moment-là que vous serez le plus à même d’accrocher un arbre ou un auvent…

2. Places cartes grise = respect de la charge utile du véhicule

Chaque camping-car est homologué pour un nombre précis de passagers, figurant sur son certificat d’immatriculation. Vous ne pouvez pas avoir à bord plus de personnes que le nombre de places indiquées sur la carte grise, pour des raisons liées à la charge utile du véhicule.
Les passagers doivent occuper, seuls, une place équipée d’une ceinture de sécurité. Les bébés et enfants de moins de 10 ans doivent être retenus par un système homologué.
Attention : depuis la publication du décret camping car 2006-1496, les enfants de moins de 10 ans ne comptent plus pour une demie- personne.

3. Vie à bord : Est-ce qu’un camping-car est confortable ?

Il faut s’habituer à vivre dans un espace réduit. Les camping-cars moyens ont une surface de plus ou moins 15m², offrant tout le confort nécessaire (cabine de toilette, cuisine équipée, coin repas, couchage…). Ils possèdent le plus souvent un lit permanent implanté à l’arrière de la cellule et un second couchage dissimulé dans le coin repas. Les véhicules équipés d’une capucine peuvent éventuellement y avoir un couchage supplémentaire.

4. Consommation : de la douceur avant tout !

La hausse répétée des tarifs du carburant rend les déplacements en camping-car relativement coûteux. Ce dernier consomme en moyenne de 12 à 30 litres aux 100 kilomètres. Bien entendu, plus il est imposant et plus il consomme.
La consommation d’un véhicule résulte de plusieurs éléments ; comme le poids du véhicule, sa résistance à l’air, sa vitesse de déplacement, le bon fonctionnement du moteur et des divers organes mécaniques, etc.
Vous pouvez réduire votre consommation en modifiant votre mode de conduite et en respectant les périodicités d’entretien conseillées.
La conduite maîtrisée d’un camping-car permet un gain de 15%.

5. En camping-car, pas besoin de faire des kilomètres pour passer un bon moment en famille !

La France recèle des paysages aussi somptueux que variés, des routes extraordinaires et des points de vue époustouflants !
Si vous avez des enfants, vous serez surpris de découvrir tous les parcs naturels, parcs de loisirs, zoos, bases d’activités de plein air, festivals et autres musées et monuments que compte notre beau pays !
En voyageant en camping-car, il est plus facile de découvrir les curiosités de nos régions, car vous improvisez plus facilement vos étapes.
Lorsque vous circulez en voiture, vous vous rendez là où vous devez aller, sans vous arrêter…

6. Stationnement : les camping-cars ne sont pas les bienvenus partout.

Que ce soit en journée ou pour la nuit, vous devez vous assurer que le stationnement n’est pas interdit, qu’il ne gêne personne et n’altère ni votre sécurité ni celle d’autrui…
Vous ne pourrez donc pas stationner en journée sur un parking destiné aux véhicules légers, car les places sont trop petites. Nous vous recommandons de passer la nuit dans un camping ou sur une aire de stationnement adaptée.
Souvenez-vous que les aires de service sont expressément prévues pour le ravitaillement en eau et pour les vidanges.
Enfin, pour votre sécurité, ne dormez pas sur une aire d’autoroute !

7. On ne vidange pas en pleine nature !

On distingue deux types de vidange :

  • les eaux noires, qui sont les eaux des WC,
  • les eaux grises, qui sont les eaux savonneuses (vaisselle, douche…).

Dans leur grande majorité, les camping-caristes sont adeptes du tourisme vert et ont à cœur de préserver l’environnement.
Les aires de services possèdent des stations de vidanges adaptées, donc ne vidangez pas en pleine nature ou dans les tout-à-l’égout pluviaux qui, comme leur nom l’indique, sont prévus pour les eaux de pluie.

8. Des cales pour rester à niveau.

Les camping-cars ont naturellement tendance à piquer du nez. Un petit penchant qui s’avère relativement désagréable à l’étape.
Heureusement, dans votre liste de matériel du parfait camping-cariste, vous avez des cales ! Dotées de plusieurs hauteurs, elles permettent de mettre à niveau votre véhicule.
Vendues par paire, elles sont le plus souvent en plastique renforcé afin de garantir une bonne robustesse (3 tonnes par cale).

9. Les indispensables à charger dans votre soute.

Les soutes-garages présentes l’avantage d’offrir un grand volume dans lequel il est tentant d’entreposer beaucoup d’équipement.
Afin de préserver le PTAC de votre camping-car, embarquez les indispensables : câble électrique, pinces pour batterie, tuyau d’eau, boite à outil, cales de mise à niveau, une ou deux bouteilles de propane, triangle et gilets de sécurité, bidon de 5 litres d’huile, 4 litres de produit pour les WC.
En fonction des saisons, vous pourrez ajouter :

  • en été : vélos, table et chaises de camping, un parasol, un pack de bouteilles d’eau, un barbecue, des cannes à pêche et l’éternel jeu de boules!
  • en hiver : des chaînes et une pelle télescopique, votre matériel de ski, un groupe électrogène de 2000W et un bidon d’essence de 20 litres, un rideau isolant extérieur.

10. Le salut du camping-cariste : une communauté solidaire ?

Lorsque deux camping-cars se croisent sur la route, il est de coutume que les conducteurs se saluent d’un petit geste de la main, comme les motards.
Ceci est un geste de convivialité qui témoigne de la solidarité des personnes appartenant à une même communauté.
Comme partout il y a le bon et le mauvais camping-cariste, mais dans l’ensemble les « vrais » sont d’incorrigibles baroudeurs plein d’aisance, qui tutoient naturellement leurs congénères et sont toujours prêts à se serrer les coudes.

Capture d'écran 2016-03-19 11.47.16Pour les amateurs de FaceBook, nous vous recommandons tout particulièrement Camping car trucs et astuces, où vous trouverez une communauté très active et d’excellents conseils.

Les commentaires sont clos.